vendredi 13 octobre 2017

Vegan

C’est un nouveau concept qui est dans notre jargon depuis 2016.

C’est dire si c’est nouveau.


On ne peut et on ne doit pas arrêter le progrès.


Petit-à-petit l’humanité progresse vers une nouvelle condition qui l’amène à diminuer la consommation de viande.


Cette révolution touche les mœurs de la société et l’aspect énergétique du corps.


Dans le phénomène du veganisme on trouve autant de critique de la part des vegans envers les carnivores et de la part de ces derniers qui critiquent les mangeurs de végétaux qui sont accusés de faire des manières pour qu’on les remarque.


Manger et boire avait jusque là été un plaisir, tandis que là…


Il paraît que la viande n’est pas faite pour l’humain, mais les mongols de Sibérie qui ont besoin d’un grand nombre de calories, ne pourront pas changer aussitôt.


Pour que la réconciliation se fasse entre certains vegans et disons ces gens qui vivent dans des climats difficiles, il faudrait un certain dialogue.


L’agressivité qu’on certains vegans envers des mangeurs de viande, fait quand même réfléchir. Leur manquerait-il quelque chose ? L’avenir nous le dira.


Nous n’avons pas encorne vu ce que donne une génération entièrement vegane.


Est-il vraiment bon que nous ne consommions plus du tout de viande, de produits laitiers et de miel ?
Ne risque-t-on pas de faire des allergies aux végétaux ?


Ne vaut-il pas mieux de laisser chacun décider pour lui-même, plutôt que faire du prosélytisme ?


Pour une fois, nous pourrions demander aux enfants ce qu’ils en pensent, sans bien entendu les manipuler au préalable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire