La pie erre au culte

— Tu peux la trouver, me dit-il.
— Elle se trouve au fond de toi.


Le maître avait omis de me dire comment y arriver. Je l’ai cherchée pendant des années et un jour je l’ai trouvée.


C’était la pierre occulte.


C’était aussi le culte de la pie Hérault ou le messager.


Elle s’était enfin matérialisée pour mon bien-être ou bien naître.


J’aurai pu l’appeler Pierrot, mais cela n’aurait pas été une expérience personnelle.
La pie Hérault porte le nom de celui qui la trouve. Pierrot c’est la métaphore (l’âme état fort)
C’est le secret ; celle se crée !


Il y a plusieurs chemins pour y arriver, mais il n’y a qu’un seul but.


Le but est de donner vie à cette pierre précieuse.


Puis il faut l’éprouver par le feu.


En y extrayant le mercure, on peut en faire de l’or et alors la pie pourra s’envoler et errer dans les airs.


C’est à partir de cet or que l’on fabrique la pierre, or il faut de l’or pour pouvoir le faire.
Alors, il faut accepter la souffrance, car l’âme souffre naturellement, puisqu’elle est le soufre d’où l’heure. La souffrance sert à la transmutation. L’âme est le souffle qui sort du feu. Sa chaleur modifie la matière (l’âme à tiers).


Il y a là matière à l’amas tiers, c’est-à-dire l’âme a tiers avec le corps et l’esprit.



Finalement la fabrication de la pierre philosophale ne tient qu’à chercher à l’intérieur de soi-même, de se rectifier et de trouver le siège. L’alignement du cerveau, du cœur et des tripes, cause la matérialisation de la micro pierre dans le ventre. Quand les trois centre deviennent un, la pierre prend vie.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le lait de vache

Les Jean-Marc et le Yi king

Deux cerveaux