3ème clef



Face aux conseils des sages, je reste immobile !

Cela me rappelle toujours cette situation où je joue une partie d’échec et qu’il y a quelqu’un qui me donne des conseils :

« Met-le en échec ! Prends-lui sa tour ! Etc. »

Ca énerve et surtout ça ne permet pas d’être soi-même.

Pourquoi devoir donner des leçons aux autres ?

Nous avons chacun une vision de la vie, un peu comme à travers la fente d’une porte. Notre vision subjective nous incite à définir le monde selon notre point de vue et c’est là qu’est le blême, car les autres ont un autre champ de vision.

Si plusieurs aveugles tâtent un éléphant et qu’ils ne savent pas ce que c’est, ils vont chacun avoir une définition de l’éléphant. L’un dira que c’est une trompe et l’autre dira que c’est une patte ou une queue.

Le besoin de donner des conseils ne vient-il pas d’une attente ?

Pour celui qui est sincère, n’est-il pas évident qu’il peut montrer son propre chemin et éclairer ses congénères, non pas en leur donnant des conseils, mais en donnant l’exemple de sa personne ?

Il suffirait donc d’apprendre à rassembler son énergie vitale en se préoccupant de manger, boire, dormir et apprécier les choses simples de la vie, pour que le destin se réalise, mais l’esprit a trop souvent tendance à nous faire miroiter quelque chose d’autre.

Notre situation d’attente dans ce monde, nous incite à juger les autres, puis à être culpabilisé par le jugement des autres en retour.

La boue mondaine nous envahit très facilement et cela provoque forcément des conflits d’intérêts.

Le monde est centré sur le profit et il nous entraîne dans le tourbillon des désirs. Cela engendre un stress évident.

Même au milieu de l’agitation mondaine, il est des moments de répit quand les choses vont relativement bien. Si l'on possède la force intérieure convenable, on exploitera ces intervalles de calme pour se fortifier en vue d'un nouveau combat. On peut jouir du moment, sans pour autant se laisser détourner de son but, car la persévérance est nécessaire pour demeurer vainqueur. Il en est de même dans la vie ordinaire. On ne peut tout atteindre d'un seul coup. La suprême sagesse consiste à s’accorder des moments de récréation qui ravivent la joie au travail nécessaire pour mener l'ouvrage à bien. 

Ici se trouve caché le secret ou la clef. Celui-ci se distingue des obstacles par la joie intérieure.

La véritable science de la vie, nous entraîne à l’auto-éducation. Celui qui examine sa vie et la rectifie, va pouvoir mettre en mouvement l’énergie vitale et il pourra œuvrer en toute tranquillité.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Q.I. n'est qu'une petite partie de l'intelligence

Le lait de vache

Divination par le Yi jing