Rencontre avec l’âme

Là le chimiste n’y peut pas grand-chose, l’alchimiste non plus.

L’esprit partage le corps avec l’âme. Il arrive qu’ils ne soient pas d’accord, alors ils doivent faire un compromis.


L’esprit dit :
- Bonjour l’autre moi-même, comment vas-tu, bien je suppose ?
- Bien et toi, répond l’âme ?
- Oui, nous sommes "un" dans ce corps, n’est-ce pas ?
- Tu es à la limite de la schizophrénie, là !?
- Euh pourquoi ?
- Parce que tu prétends à la fusion et tu ne m’as pas demandé mon avis.
- Oui, évidement, toi tu es l’âme et tu appartiens à la terre, donc tu es féminine, tandis que moi je suis l’esprit qui vient du ciel et je suis masculin, c’est ça ?
- Exactement.
- Ok, mais ne crois-tu pas que nous devrions fusionner ?
- Je ne sais pas, regarde les humains dans ce monde, ils veulent fusionner avec des autres, mais ils ne fusionnent jamais avec eux-mêmes.
- Oui, c’est triste, c’est ce qui fait la misère du monde.


L’esprit s’est finalement accouplé à l’âme et la fusion a eu lieu. C’est le mariage du cœur et de la raison. Ce souffle allié à l’intention produit ainsi une influence considérable qui sera sûrement bénéfique pour les autres.


C’est l’intuition du cœur alliée à la réflexion consciente. C’est le mariage intérieur.
« Aime-toi toi-même et tu aimeras l’univers ! » (Pluton)


Le sel de la vie humaine, c’est le corps. Il unit l’âme et l’esprit qui peuvent ainsi y danser à l’unisson. Il est symbolisé par le blanc.


L’âme soufre car elle n’a qu’une envie, c’est de brûler. C’est le souffre qui est enfermé et prêt à s’embraser. Le soufre est symbolisé par le rouge.


L’esprit est parfois un poison mortel, mais c’est aussi l’élixir divin et la seule part immortelle de l’être. C’est le mercure qui est lié au soufre par le sel. Le mercure c’est le bleu, le ciel, la goutte divine.


Bleu, blanc, rouge, ça rappelle quelque chose. Soyons francs !


Maintenant, comment peut-on modifier ce poison, pour qu’il devienne un joyau ?


Si on enlève la part positive – qu’est le proton – de l’atome de mercure, on obtient de l’or.


Comment fait-on de l’or à partir du mercure ?


Par l’ionisation !


Un procédé chimique ne peut pas briser l’atome, mais l’ionisation le peut.


Comment ioniser cet atome, alors ?


L’intention et la concentration de la pensée, c’est une ionisation.


C’est là que se crée le secret.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Q.I. n'est qu'une petite partie de l'intelligence

La diable du Tarot de Marseille

Lame or - l'âme hors