mardi 26 juin 2018

Lame or - l'âme hors

L'arcane sans nom

L'ARCANE SANS NOM - anagramme - LA MANNE SANS ROC

Voyez sa colonne vertébrale, avec tout en bas un oignon rouge qui plante quelques racines noires dans le bassin, puis un épi bleu qui se développe jusqu’à la nuque où éclot une petite fleur rouge.

La manne sans roc qui nous transforme, autrement dit voir la beauté dans le détail et se nourrir de façon immatérielle.

 LA MORT – anagramme  – L’OR MAT

L'arcane XIII n'a pas de nom, car la mort n'est pas réelle, c'est juste "l'âme hors", rien de plus.


Vraiment relatif

La vérité

Je l’ai longtemps cherchée et elle ne m’a jamais trouvé.
La seule chose qui est établie c’est la relativité.


RELATIVE est l’anagramme de LA VERITE, comme ALBERT EINSTEIN est l’anagramme de RIEN N’EST ETABLI.

la vérité arrive à une bête allure. Comme le bateleur, le bleu rate. 


Avoir de l'air sans en avoir l'air

Homonymes - homophones

Pour moi, il y a quatre airs - Pour moi, il y a qu’à traire…

L’air qu’on respire, l’air de la mélodie, l’air en tant qu’attitude et on envoie tout ça en l’air.


air - air - air - air

lundi 25 juin 2018

Anagramme de LA VIE ETERNELLE

La vie éternelle

C’est un ordre donné par l’impératrice universelle.

La vie immortelle de l’âme, démontre qu’au centre du cœur existe une conscience qui ne change pas. Bien que tout ce qui vit ou tout ce qui est soit soumis au changement, l’âme ne peut pas périr.


Quoi qu’il arrive l’âme sera toujours ici et maintenant et…


Elle ne l’évitera
Elle en lévitera


tarot l'impératrice
 

lundi 18 juin 2018

La loi d’attraction

La loi d'attraction serait la plus puissante loi de l'univers. Chaque pensée dégagerait une vibration et émettrait un signal – pensée-intention, laquelle attirerait à elle une manifestation lui correspondant sur le plan matériel.
La Loi d'attraction n’a donc rien de scientifique. Il s’agit plutôt de la pseudoscience des atomes crochus, qui a, avouons-le une certaine pertinence, car le phénomène d’attraction reste un mystère. En vertu de cette loi, ce qui se ressemble s'assemble, tout simplement. En d’autre terme, la pensée serait vraiment créatrice, un peu comme la matérialisation des rêves. Finalement, il suffit d’être un peu dans la lune durant quelques instants pour voir que ce phénomène est bien réel. Les synchronicités se révèlent quand on lâche prise et surtout quand on doit les rencontrer.

Le problème est qu’il y a beaucoup de donneurs de leçons dans ce domaine. Sans doute des personnes intéressées à gagner leur vie en faisant du coaching. Un des arguments les plus douteux est par exemple le fait que le positif attire le négatif. Il suffit de prendre deux aimants pour comprendre que c’est faux. C’est là que le bât blesse, car il y a un nombre incroyable de prétendants au trône du Pape, mais finalement très peu de personnes capables d’avouer que le mystère demeure bien entier.
Pour pratiquer concrètement et activement le cheminement de cette loi métaphysique qui, disons-le est quand même assez magique, on pourrait peut-être alors prendre un pendule et apprendre à s’orienter selon la vibration que l’on dégage et ainsi le pendule pourrait déjà nous communiquer un oui ou un non par exemple.
Le problème est que le pendule n’est, d’une part, pas fait pour tout le monde et d’autre part plutôt limité. En restant pendu sur cette question, se trouve peut-être alors la réponse. Il s’agit d’un sujet de méditation.

L’embrouille c’est que les pseudo-scientifiques ont besoin de pouvoir donner des explications, alors que les vrais scientifiques sont incapables d’expliquer le phénomène. On sait que la partie positive et négative des aimants s’attirent et que la pensée positive ne va pas donc attirer du positif, mais plutôt qu’elle va créer ce qu’elle projette. La création de la pensée n’est ni positive, ni négative. C’est comme un soldat qui exécute des ordres ; s’il tue à la guerre, il recevra une médaille, mais s’il tue dans la rue, il ira en prison.

Seul un jugement personnel, sera la juste voie à suivre, mais comme nous aimons toujours être guidés, un long chemin nous invite à parcourir les expériences de la vie qui nous feront comprendre que nous devons apprendre à chasser une bonne partie de nos idées pour trouver la paix et la sérénité.
Tel un ermite qui entretient le mérite de son métier de pèlerin, on peut alors apprendre à suivre la voie qui est tracée pour chacun. Le sage comprend qu’il y a assez de ressources pour les besoins vitaux de tout le monde, mais pas assez pour les désirs de chacun.

Il est donc erroné d’affirmer : « J’attire l’abondance. » La sentence juste serait plutôt : « Je crée l’abondance. » Pour créer cette abondance, il faut se sentir en confiance et pratiquer la reconnaissance, la gratitude, le remerciement et toujours rechercher l’occasion de dire merci. Le plus important est d’aimer faire ce qu’on fait et être ce qu’on est. La dernière chose est certainement la plus difficile, car il faut savoir pardonner ou plus simplement lâcher prise, mais là c’est un parcours du combattant, car l’être humain est coriace, très coriace dans ce processus.


avoir

jeudi 14 juin 2018

Initiation

Histoire vraie

Je me souviens qu’étant jeune, j’avais mon petit établi dans ma chambre, comme le bateleur du tarot et je collectionnais des mots dans des boîtes. C’était une sorte de base de données pratique et pragmatique. Je pense que j’étais un peu cinglé, mais comme je ne faisais de mal à personne, je n’ai pas été interné.

Par exemple : j’avais soigneusement copié les injures du capitaine Haddock et elles figuraient dans l’une de ces fameuses boîtes.


Sans être un bricoleur dans l’âme, j’aimais mon établi et j’avais envie de créer, mais je n’étais pas du tout manuel, malgré l’envie qui me poussait à faire des tas de choses.


Ma seule véritable affinité était la musique. J’ai essayé tout les instruments et c’est en découvrant que je n’avais absolument pas le sens du rythme – contrairement à mon oreille musicale, que j’ai décidé de devenir percussionniste.
Je n’étais pas fait pour les affaires, alors j’ai décidé d’aller en option commerciale pour mes dernières années d’école obligatoire.
Je n’étais pas manuel, alors j’ai décidé d’aller dans une école de mécanique pour y faire un apprentissage.
Toujours craintif et chétif, j’ai décidé d’aller dans le domaine de la boxe.
En fait j’ai toujours suivi un chemin à contre-sens de ma nature.


Comme le bateleur, j’ai suivi la voie de celui qui agit là où "le bât te leurre". C’est une sorte de batteur qui bat l’heure à l’envers. Il est tourné vers le passé et cherche son inspiration dans le jeu.


J’ai toujours pensé que je n’étais pas normal.
Mes amis me paraissaient normaux et je croyais que j’étais un peu fou.
Maintenant je m’aperçois que j’étais simplement un peu retardé, car trop lent d’esprit.
Cette lenteur m’a donné l’avantage de voir des choses que mes amis ne pouvaient pas voir.
J’étais un vrai rêveur, car mes amis m’appelaient le roi du sommeil.
Plus tard, on m’appelait le gourou, car je faisais du yoga.


Maintenant, tout cela est très loin et je souffre un peu d’être normal, conforme comme un citoyen bobo, mais je me soigne.


La folie m’intéresse, la prison m’intéresse et la mort aussi.


Ceci dit, j’ai quand même envie de vivre et d’être libre et je crois quand même que je suis lucide, mais le monde ordinaire me semble un peu fade.


Grâce au bateleur l’œuvre peut commencer avec les éléments de base et c’est la vie qui me guide sur mon chemin.



bateleur


jeudi 10 mai 2018

Guérison

 — Tu ne peux guérir, dit le guerrier, si tu ne sais guère rire ! 

On peut rire de tout, si on n’oublie pas le respect. Arrêter de rire c’est juste bon pour entrer dans la mort. 

On sort dans la vie et on entre dans la mort. Les féaux de la vie sont les portes de l’âme. 

Les treize féaux de la vie et de la mort, sont d’abord nos neuf orifices. Il y en a sept dans la tête ; deux pour sentir, deux pour entendre, deux pour voir et un seul pour toucher et goûter. Les deux féaux du bas sont relatifs à la terre et à l’eau (terreau). 

Les quatre féaux restants sont les membres et ils représentent la gauche et la droite, le haut et le bas, les quatre mondes, les quatre directions, les quatre vérités, etc. Guérir c’est "guerre rire". 

Rire de la guerre, n’est-ce pas le remède universel ? 

Cultiver les treize féaux c’est œuvrer dans le temps et l’espace. 

Il y a quatre directions cardinales, quatre directions post-cardinales ; puis cinq sens ; donc treize, ce sont les féaux de l’être humain. L’âme terrestre s’incarne par les sept corps, elle a donc sept parties différentes. L’esprit s’incarne par la foi en trois dimensions, il a donc trois parts distinctes. Avec la volonté, la réflexion et la sagesse on obtient trois parts d’esprits supplémentaires, ce qui fait un total de treize racines de la psyché. 

Quand on est très intéressés par ce sujet de la psyché, on devient alors treize intéressés. 
Ce n’est pas de la schizophrénie, ou alors la schizophrénie telle qu’elle est décrite, est une manifestation inconsciente d’un pouvoir non maîtrisé. 
Le trouble psychique dissociatif existe chez tous les êtres humains, puisque nous avons ces treize féaux et que nous sommes réunis illusoirement en un seul alter-ego. L’ego est vu comme un défaut, mais là, il semble être un garde fou. 
La question est de savoir différencier la folie de la sagesse. Quant à la normalité du monde ordinaire, est-elle vraiment saine ? 
Qui est donc ce treizième invité qui siège dans le cœur ? 
C’est peut-être lui qui rit, qui sait ?