Zen et Tao

Quel rapport y aurait-il entre la philosophie du Zen et le Tao ?

Les 4 clefs du Zen du poète Lu You, décrivent la philosophie de Bodhidharma ainsi :


« Les autres sont révoltés, je reste immobile.
Saisi par les désirs, je me tiens juste droit.
Devant le conseil des sages, je me tiens tranquille.
En fait, je ne bouge que sur ma propre Voie. »


En me répétant cette poésie, j’en suis venu à comprendre qu’il s’agissait du Tao (La Voie) et du non-agir (Wu-wei). Le non-agir consiste à n’agir que pour des actions qui concernent sa propre voie. Wu wei est le non-agir, mais c’est l’homonyme de « chose inutile ».


Si je ne bouge que sur la Voie du Tao, je ne fais plus de choses inutiles.


Le Tao c’est la Voie, c’est la conscience qui évolue, c’est une tête qui marche dans un sens d’évolution.


Tao pourrait être la traduction littéraire de Yoga, car si Yoga se traduit comme « joug » ou une discipline, la lettre sanskrite "Yo" c’est le tu, le vous ou le toi et le "ga" c’est le verbe aller. Yoga = Vous allez, tu vas, etc. En anglais c’est You go. C’est de l’indo-européen, ni plus ni moins.


Le zen vient du yoga puisque l’origine Zen-na c’est la transcription phonétique de dhyâna (méditation, attention, recueillement) la septième des huit étapes du second chapitre du yoga sutra.


Dhyâ c’est la pensée.
Na c’est l’abnégation.


Dhyâna c’est la non pensée, c’est l’attention à quelque chose d’autre que le mental qui a l’habitude de prendre toute la place dans la conscience.


La nature nous parle à voix basse, mais notre mental nous empêche de l’écouter.


La vie a toujours quelque chose à nous dire, alors prêtons attention !


La véritable prononciation de Dhyâna c’est Diane.
Elle nous invite à partir à la chasse.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Q.I. n'est qu'une petite partie de l'intelligence

La diable du Tarot de Marseille

Lame or - l'âme hors