Lynchage médiatique

Pourquoi jetons-nous la pierre ?

La critique répétée et systématique d'un groupe de personnes, c’est donc ce genre de procès médiatique qui a un impact négatif sur la réputation d'une personne accusée, indépendamment du verdict rendu par la justice. Cela rappelle un peu les procès expéditifs contre des esclaves noirs aux USA, et qui aboutissaient souvent à une pendaison.


Les réseaux sociaux pullulent de polémiques et les jugements vont bon train.


Qu’est-ce que c’est que ce phénomène ?


Il y a comme un appel à la réflexion. Les médias qui parlent de fake news, ne sont-ils pas eux-mêmes aussi parfois des manipulateurs ? Comment pouvons-nous savoir si une information est juste ou fausse ? Même les vidéos ne sont plus crédibles de nos jours. La question fondamentale est de savoir s’il est pertinent de donner notre avis sur un fait que l’on juge établit. Dans le cas où cela ne serait pas vraiment pertinent, comment pouvons-nous nous détacher de l’envie de jeter la pierre ?


Qu’est-ce que cela produit chez nous comme problème ?


C’est l’écroulement des valeurs citoyennes qui est la conséquence de cette libéralisation de l’information. Tout le monde ment et à tout propos, car il est plus important d’avoir raison que de dire la vérité. Le conflit d’intérêt se retrouve dans toutes les couches de la société.


Ce que nous pouvons faire


La méditation par l’immobilisation dans la posture assise, permet de prendre de la distance avec tout ce qui nous entoure. Les personnes de notre entourage, les informations médiatiques et tout ce qui vit et bouge, ont des influences sur notre personne. Nous somme souvent emmenés dans ces mouvements collectifs de révolutions, de révoltes, d’insurrection, etc. seule l’immobilisation peut permettre d’être vraiment soi-même pour échapper à ces flux qui nous entraînent et qui se nourrissent de notre énergie vitale. Souvent, les causes ne sont pas les nôtres, mais comme nous aimons aider les autres, nous nous engageons dans des luttes qui n’ont pas toujours de sens.


Pour ne pas tomber dans l’embrouille et la manipulation


Notre libre arbitre nous incitera toujours à aller dans le sens de la pente descendante. Le corps n’aime pas souffrir, l’esprit encore moins. C’est là que nous nous faisons facilement piéger, car la tentation est trop grande. Quand il y a une majorité de monde qui se mobilise, il est difficile de jouer au marginal et aller à contre courant. Là, il s’agit d’être neutre, mais il est évident que cela n’est pas toujours possible. Dans un conflit de violence extrême, la neutralité n’a pas sa place. Tout se joue sur la question de savoir ce que l’on veut vraiment faire. Sommes-nous prêt à mourir pour une cause ? D’abord, il serait donc opportun de savoir si cette cause nous concerne.


La méditation consiste à s’immobiliser comme une prière et à entre dans un climat de prière. Quelques secondes suffisent pour changer de direction de conscience. Il n’est pas nécessaire d’être un ascète qui reste assis pendant des heures dans la position du lotus, mais juste quelques instants pour se demander ou se trouve sa voie personnelle.


Moralité


Le libre arbitre définit notre voie et pour trouver le bon chemin il fait écouter la voix silencieuse qui se trouve dans le cœur. C’est ainsi là qu’on voit sa propre voie, et de sa propre voix que l’on ordonne un nouvel élan qui ouvre la voie sereine.



zen

Les 4 clefs du zen


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Q.I. n'est qu'une petite partie de l'intelligence

La diable du Tarot de Marseille

Lame or - l'âme hors